КНЕУ - Наукові дослідження

Київський національний економічний університет імені Вадима Гетьмана

Наукові дослідження

Professeur Mme Irina Rechetnikova

Commercialisation des marques françaises sur le marché ukrainien

Dans cet article sont présentés des résultatsde la recherche sur l’image de la France à travers des catégories de ses produits et de ses marques de commerce. Ici sont exposés la méthodologie de recherche et les résultats obtenus. Dans le sondage ont participé 110 personnes âgées de 18 à 60 ans. Cette recherche a été effectuée deux fois à l’intervalle de 5 ans ce qui a permis d e constater le changement de l’image de la France à l’esprit du consommateur ukrainien. Le but de cette article est de déterminer les valeurs fondamentales qui composent l’image de la Franceet ainsi que de faire les recommandations sur des catégories des produits de marque française qui ont des avantages au point de vue de l’expansion sur le marché ukrainien.

 

Dans le contexte de l’échange international des entreprises sont toujours confrontées au choix: ou suivre la stratégie de globalisation pour adapter leurs produits ou bien celle de différenciation et adapter leurs produits aux marchés locaux. Et s’il ne fait pas de doute la proposition globale des produits, la situation sur les marchés locaux est un peu différente. D’après le scientifique français Jean-Claude Usunier, dans le contexte de l’existence de la proposition globale et de la demande, qui n’est pas de raison d’être globalisée, des entreprises font figure des agents de marché qui changent la nature de la demande. [1, с.164].

D’après Jean-Noel Kapferer, les changements sociaux et culturels favorisent l’expansion des marques globales. Dans ce contexte une certaine partie du marché ne s’identifie plus avec des traditions locales héritées mais cherche des nouveaux modèles de conduite et de l’affirmation de son identité. Tournant le dos aux valeurs culturelles de son pays cette partie du marché devient ouverte pour tous les produits nouveaux et internationaux. [5, с.261]. En outre, il existe des produits qui ne sont pas liés aux racines des cultures locales et souvent dépassent les  besoins culturels locaux (par exemple, électronique et gadgets du monde contemporain).

Au contraire, la plupart des produits d’alimentation sont perçus par les consommateurs en termes de caractéristiques nationales. En général, les aliments peuvent être considérés comme les symboles de l'identité culturelle et nationale. D’après Jean-Pierre Poulain, la façon de cuisiner, manger et boire peuvent être considérés comme un porteur de la culture d'une partie particulière de l'histoire et de l'identité culturelle [7 c. 26]. Et des ambitions de faire entrer une marque exotique sur le marché national avec l'intention d'intéresser le consommateur par son originalité ou une forte identité nationale doivent être confirmées par des recherches antérieures au but de prouver leurs avantages pour les consommateurs.

D’après Marcel Botton [2, с.129], la marque joue un rôle primordial dans le choix des consommateurs, car elle porte l'information de base sur les produits que le consommateur reçoit. Dans l'élaboration de la politique de la marque Lendrevie et Li conseillent de ne pas oublier ce qui suit: développement des transports et de la communication, la migration de la population contribuent à la diminution des différences culturelles, mais ne les éliminent pas complètement [3, с.162]. Donc, le problème de l'adaptation des stratégies globales et leurs différenciations sur les marchés locaux restera actuel pendant une longue période.

Il y a la possibilité de choisir des différentes façons dans le processus de l'adaptation de la stratégie globale. En changeant un marketing, à partir de la notion de produits (par exemple, pour le produit qui est fortement influencée par les préférences des consommateurs nationaux), ou en offrant de nouvelles méthodes de distribution correspondant aux conditions de marché nationale. Ou des modifications mineures peuvent être apportées dans le marketing, par exemple, par l'adaptation de message publicitaire à des caractéristiques linguistiques des consommateurs et le comportement des consommateurs sans changer de l'offre des produits de base et d'autres éléments du marketing mix.

Pour apporter des modifications à l'image d’une marque, il est nécessaire de savoir la signification de son nom, signe et couleurs qui sont perçus dans le pays, où elle va être vendue pour déterminer ou ajuster les segments ciblés et les prix.

Le but de la recherche est de déterminer la perception de l'image de la France par les consommateurs ukrainiens, les possibilités et les effets de l'expansion de cette image sur produits dans le but de la création d'une marque avec une forte identité française.

La méthodologie de la recherche. Un célèbre chercheur français Jean-Claude Usunier indique deux variantes possibles de réalisation de l'approche culturelle au cours des recherches dans le marketing international [1, p.14]:

- croisé-culturel, qui représente les comparaisons des systèmes nationaux de commercialisation, des pratiques commerciales dans des différents pays et vise à séparer les caractéristiques générales et spécifiques existant dans les cultures locales;

- interculturelle, qui est axée sur la recherche de la coordination entre les gens d'affaires (entreprises), qui ont notamment le patrimoine culturel et la coordination entre les produits (leurs attributs physiques et symboliques parmi lesquels il y a l'image nationale) d'un pays (ou culture) avec les consommateurs d'autres pays (cultures).

La méthodologie de cette recherche a été basée sur l'approche interculturelle. En outre, nous avons impliqué le concept de «catégories culturelles» qui a été offert par McCracken et se développait dans les travaux de Kalman Applbaum, Ingrid Jordt [9, с. 204]. Ces scientifiques  étudiaient comment les différents groupes importants peuvent être liés aux produits différents selon la variation de l'environnement culturel. Selon leur théorie des «catégories culturelles» sont la base conceptuelle de l'organisation culturelle du monde et des objets matériels de la culture (dans notre cas, des produits de consommation) sont l'un des moyens par lesquels les "catégories culturelles» se matérialisent.

La suivante catégorie importante qui est utilisée dans la recherche est «l'identité nationale d'une marque», car la nationalité est la source principale de l'image de la marque internationale. D’après Stéphane de Turckheim, «faire pression sur l'origine nationale» de la marque peut être un outil essentiel pour attirer et conserver des consommateurs dans le cas si cela favorise la création de l'image positive, laquelle entreprise tente d'apporter aux consommateurs et compatible avec lui [6, с. 47].

La conception de l'identité nationale est considérée par Jean-Noël Kapferer comme la base pour l'élaboration de l'image de la marque. Selon lui, si elle a l'identité, elle existe dans l'ensemble, elle a son affectation qui est différent de l'autre et invariable. La marque doit être persévérée dans son identité afin de rester et à devenir plus fort [5, p.44]. Les gens qui ont la même opinion sont considérés comme ayant point de vue identique. L'identité dans la promotion de la marque apparaît à travers des nombreux signes, des messages qui vont d'un seul émetteur. Plus la marque élargit et diversifie plus possible devient l’apparition d'un sens de l'acheteur qu'il a affaire avec des marques différentes, qui ne sont pas liées. L'identité de la marque exige l'unité de la perception de producteur et de distributeur de la marque. Il y a souvent le problème de «l'identité culturelle» dans la recherche de groupes sociaux.

Les résultats des recherches internationales montrent que parmi les facteurs qui ont influence sur la perception de l'image de la marque internationale du consommateur, il y a le pays d'origine de la marque - 23%, propre expérience - 17% et directement les caractéristiques du produit (qualité , apparence, prix) - 16%.

Parmi les questions auxquelles il faux répondre à l'introduction de la marque mondiale, il y a la suivante: Est-il possible juridiquement et culturellement approprié d'utiliser le nom de la marque avec son image et le système de l'identité visuelle à la même manière à tous les pays? Les recherches de marketing de la perception des consommateurs potentiels peuvent répondre à cette question.

Selon Philippe Villemus, l'image de la marchandise comprend toutes ses notions psychologiques, émotionnelles et qualitatives. L'image fait l’effet de halo qui influe sur les pensées des consommateurs. Quand il s'agit de l'image, nous passons du fonctionnalisme à la symbolisme [12, p.24]. Nous supposons que la culture nationale est une partie de ce symbolisme et fait un apport considérable dans la construction de l'image de la marque globale.

Stéphane de Turckheim note qu’avec l'expansion géographique de l'activité économique de l'entreprise, il se pose une question qu’est qu’il reste de commun entre cette entreprise et de la nation, à savoir la question de la nationalité de l'entreprise. Pour découvrir comment la nation d'origine reflète à l'image de la marque, l'auteur la divise en deux composants majors et deux supplémentaires.

Les composants principaux:

- l'origine de la marque (composante peu sensible). Il s’agit des racines de marque, le lieu de sa naissance, l'histoire, la nationalité de son auteur;

- le bureau central (composante tangible), localisation de la marque. Ce composant peut être considéré comme le cœur ou comme le berceau de l'entreprise.

Les composants supplémentaires:

- la culture et la gestion interne. L'organisation, la hiérarchie, le comportement;

- la nationalité des cadres, ce qui influence les relations, la culture et les valeurs à tous les niveaux de la gestion [6, p. 18-28].

Yves Plasseraud souligne l'importance du pays d'origine pour consommateur et l'influence de cette information sur l'image de la marque [14, p. 19]. L'auteur estime que la mention d'origine est l’une des fonctions exercées par la marque (avec des fonctions de différenciation, l’assurance de la qualité des produits, la publicité et autres) et son rôle reste toujours très important pour les consommateurs dans le contexte de la mondialisation.

Dans notre recherche de perception des marques françaises par les consommateurs ukrainiens nous proposons à considérer la France comme une marque de parent avec une forte identité nationale et préciser le territoire de marque et les lignes (frontières) de son expansion sur la base des résultats obtenus.

Selon J.L. Chandon l'expansion de la marque est généralement vu comme l'utilisation d'associations de la perception par consommateur de la marque déjà existante pour l'entrée dans une nouvelle catégorie de produits afin de lui fournir l'image de la marque mère [18, p. 56-60].

Stijn M.J. Van Osselaer et C. Janiszewski ont prouvé par leurs recherches de marque-associations [10, p. 215] que l'ajout de la marque de l'ingrédient connu pour le fameux produit, sans aucun changement de sa qualité renforce le lien avec l'amélioration de la qualité de produit. Par analogie nous supposons que produit à l'identité nationale forte (dans notre cas – l’identité française) ou ceux qui a des caractéristiques connexes avec ce pays reçoit les caractéristiques qui y sont associés pour les consommateurs.

Dans le sondage «face à face» ont participé 110 répondants (70 femmes et 40 hommes) âgés de 16 à 60 ans. Nous avons tenté de trouver une réponse en première question: quelles sont les associations des consommateurs ukrainiens avec la France, en vue de déterminer la zone de la "marque de la France" (Quelles associations avez-vous avec la France et la culture française?). En outre, nous espérions identifier les images psychologiques qui sont à la base des processus associatifs.

Les réponses reçues donnent la possibilité d’estimer que la France peut être caractérisée par une grande quantité d'objets matériels (des monuments de culture, des personnalités, des biens de consommation). Alors, selon J.N. Kapferer il est possible de constater la présence du premier élément de l'identité de la marque "France" – (élément) matériel. Plus bas vous trouverez le rating des images associées qui est basé sur les résultats de l'enquête menée à la fin de 2013(Tableau 1). Vous pourrez comparer les résultats obtenus en 2012 avec ceux de cinq années plus tôt qui sont indiqués entre parenthèses dans chaque colonne.

Tableau 1 – Vision de la France d’après l’imagination des ukrainiens

Image associée Pourcentage des réponses en 2012 (2007), % Nombre des réponses d’après les resultants du recherche de 2012 року (2007)
Total Femmes Hommes
La Tour Eiffel 16 (13) 49 (58) 34 (40) 15 (18)
Vogue 7 (7) 22 (29) 18 (17) 6 (12)
Viennoiserie 7 (1) 21 (5) 13 (2) 8 (3)
Vin 5 (5) 16 (21) 9 (7) 7 (14)
Louvre 5 (3) 16 (12) 12 (8) 4 (4)
Fromage 4 (2) 13 (7) 10 (3) 3 (4)
Parfumerie 4 (10) 12 (42) 7 (26) 5 (16)
Romantique 4 (3) 12 (14) 9 (8) 3 (6)
Paris 4 (3) 12 (13) 8 (9) 4 (4)
Musique 4 12 7 5
Cinéma français (acteurs) 3 (1) 10 (5) 6 (2) 4 (3)
Hommes/Femmes français 3 (2) 9 (10) 7 (6) 2 (4)
La cuisine française 3 8 6 2
Vêtements 2 (2) 7 (10) 6 (8) 1 (2)
L’amour 2 (1) 7 (6) 3 (2) 4 (4)
Architecture 2 7 4 3
Les Champs Elysées 2 (3) 6 (11) 4 (9) 2 (2)
Napoléon Bonapart 2 (1) 6 (6) 3 (2) 3 (4)
Châteaux, rois 2 6 6 0
L’art, peinture 2 6 4 2
Répos, fête, rire 2 6 4 2
Automobiles 2 (2) 5 (7) 1 (0)  4 (7)
Notre Dame de Paris 2 (1) 5 (6) 4 (3) 1 (3)
La litérature (écrivains) 2 5 3 2
Mer, la Côte d'Azur 2 5 5 0
La langue française 2 (2) 5 (9) 4 (4) 1 (5)
Café 2 5 3 2
Bérets 1 (1) 4 (6) 3 (3) 1 (3)
«Cuisses de grenouilles» 1 4 0 4
Versailles 1 4 4 0
Beauté 1 4 3 1
Moulin Rouge 1 4 4 0
Autres réponses 14 47
Total 100 313 (435)  

Nous devrionsmettre en évidence des certains stéréotypes qui ont été détectés lors de l'enquête. P. Moliner pense que les stéréotypes sont constitués comme des actes cognitifs élémentaires qui gèrent la perception et le comportement de l’individu. Le premierstéréotypeest de lajeuneFrançaise. Elle est «rock, élégante, sophistiquée et belle». Homme français a les cheveux bouclés et porte un béret et une écharpe. Ainsi, c’est de telle manière qu’il est préférable de représenter les Français aux messages publicitaires pour les consommateurs ukrainiens.Selon lesrésultats obtenus, la France est perçue comme «sensuel» par les consommateurs ukrainiens (selon la typologie S. de Turckheim et J.M. Piaton). Les images associatifs tels que la mode, du vin, de la romance, de la musique, l'amour, la beauté, etc. sont la preuve.

En outre, si nous nous unissons les associations dans les catégories, il sera évident que les monuments culturels sont dans le premier rang: la Tour Eiffel, le Louvre, les Champs Elysées, Notre Dame, Versailles, architecture, châteaux. Selon «l'image de marque Prism" de J.N. Kapferer, l'un des plans de prisme est «l’environnement culturel». Ainsi, de nombreuses associations des ukrainiens en rapport avec la culture française peuvent être considérées comme le deuxième élément de preuve avancé de notre hypothèse concernant la France comme la marque-parente. Concernant le sujet de «personnalité», des associations du plan de prismes liés à la condition spécifique (sentiment et sensation) indiquent clairement que la France a brillamment exprimé par des caractéristiques personnelles de l'avis des consommateurs ukrainiens.

Nousdéfinissons le territoire marque 'France' sur la base des résultats. Le noyau central de valeurs de marque, à notre avis, est représenté par des associations cités le plus souvent par les répondants, et son cercle périphérique - par ceux qui ont été mentionnés plus rarement. Ainsi, nous obtenons un tel système de valeurs :

1.      Romance -le noyau central

2.      L’amour

3.      La beauté

4.      Le charme

5.      L’élégance

6.      La liberté

7.      L’originalité

Ilest évident que la marque avec telles caractéristiques aura l'expansion efficace de son territoire dans le groupe de produits à prix élevé (produits de luxe). A côté des produits traditionnels pour cette branche il peut y avoir des produits alimentaires qui sont consommés lors d'événements spéciaux, soulignent un statut social élevé et ont certaines caractéristiques de snobisme.

La deuxième questiondans le questionnaire a été liée avec des marques avec lesquelles les consommateurs ukrainiens associent la France. Les réponses telles que les voitures, les boissons alcooliques et les parfumsont prévalues chez les hommes. Pour les femmes les parfums étaient tout d'abord les premiers et après – les liqueurs, les vêtements, le fromage et des produits cosmétiques. Les marquesles plus célèbrespourl'Ukrainesont Peugeot, Chanel, Renault, Dior, Bourgois, Citroën, L’Oréal, Michelin, Cartier, Evian (mentionspontanée, sans demander). Il est évident que les aliments français ne font pas référence aux marques connues pour les ukrainiens. Pour les consommateurs ukrainiens les produits typiquement français sont les parfums, les vêtements et les voitures. Cela signifie que l'expansion de la marque «France» vers la nourriture exige des efforts de recherche et de commercialisation supplémentaires.

Dans lestroisième et quatrième points des répondants au questionnaire ont été demandés à noter les produits industriels et de la production alimentaire exclusivement internes et ces produits avec des "racines" françaises, qu’ils sont prêts à acheter. Les résultats sont présentésdans le Tableau 2. Par une telle formulation de la question nous avons essayé de trouver la différence (ou de la similitude) entre les produits qui sont associés avec la France et les produits que les consommateurs sont prêts à acheter afin de préciser les orientations possibles de l'expansion réussie de la marque 'France'.

 

Tableau 2.-  Préférence pour les produits d'origine ukrainienne et française

Produits préférés d’origine nationale Nombre des réponses

Produits préférés d’origine française

Nombre des réponses
Produits alimentaires 208 Produits alimentaires 82

Produits lactés

41

Fromage

43

Viande 

36

Pâtisserie

10

Légumes

35

Produits panifiés

9

Produits panifiés

29

Eau

5

Fruits

28

Fruits de mer

3

Sucreries (chocolat)

16

Autre

12

Croupe

6

 

 

Autre

17

 

 
Alcool 6 Alcool 63
Vodka 6 Vin 42
    Cognac 10
    Champagne 7
    Tout de l’alcool 4
Produits non alimentaires 10 Produits non alimentaires 92
Produits de bois 4 Parfum 37
Fabrication 4 Vêtement 22
Chaussure 1 Cosmétique 18
Cosmétique 1 Automobiles 15

Les réponses obtenues montrent lavolonté des Ukrainiens d’acheter les produits de la marque française (surtout pour les événements spéciaux). Ceci en dépit du fait que seule boulangerie, vin et fromage dominent dans les réponses sur les associations avec la France (Tableau 1). Boulangerie est parmi les produits qui ne sont pas activement acheté mais presententintérêt pour les Ukrainiens. Cette sous-position (chocolat, bonbons) est considéré comme perspective pour expansion de la marque «France», car elle a toutes les caractéristiques de la marque de parent (sensualité, romantique, sophistiqué, etc.).

La prochainetâche de la recherche était de déterminer les principales valeurs de l'image de la France qui s'appliquent aux produits de marque. Pour cette raison, on a mené le sondage sur la question suivante: Quelles sont les caractéristiques positives et négatives des produits et des marques françaises? Les réponses positives les plus fréquents étaient : bonne qualité, original, élégant, branché, cher, sophistiqué, délicieux, savoureux, romantique, coloré, parfumé, exclusif, prestigieux, agréable et intéressant. Parmi les réponses négatives: cher, spécifique, narcissique, irresponsable, frivole, peu fiable et pas équipé.

Ainsi,nous voyons que presque tout système formé de valeurs de la marque «France» est appliqué aux produits de base de l'identité française par les consommateurs, dunoyau (romance) au cercle périphérique (élégance, originalité).

L'analyse nous montre que le prix élevé (non abordable) des produits français n'est pas la seule raison pour laquelle les consommateurs ukrainiens préfèrent leurs produits alimentaires nationaux. Parmi les caractéristiques négatives mentionnées sont : spécifiques, narcissique,  frivole, peu fiable etc., ce qui fait les produits de marque française peu favorable pour l’expansion de la marque «France» des produits alimentaires.

Parmi les caractéristiques positives des produits français attire l’attention la notion «original»(29 réponses). Il s’agit de «particulier, singulier, surprenant». En même temps, les adjectifs comme «friand» (24 réponses) ou «subtil» (19 réponses) ne concordent pas tout a fait  dans l’esprit du consommateur avec la notion «naturel». Mais les produits alimentaires doivent être, avant tout, «naturels». Concluant susdit, on peut supposer que dans l’esprit du consommateur les formules suivantes soient construites:

Original,friand, subtil = coûteux décevant artificiel

Naturel, sain = bon marché équitable (volume/contenu/prix)

La plupart de consommateurs ukrainiens ne veulent pas payer les prix augmentés pour les technologies particuliers de la mise au point des produits alimentaires. Ce raisonnement explique fidélité des clients aux produits alimentaires nationaux.

En résumant les résultats des recherches on peut formuler les conclusions et recommandations suivantes. La France et les produits français sont bien connus au milieu des  consommateurs ukrainiens. Des impressions, formées grâce à l’image de France dans l’esprit du consommateur ukrainien, favorisent la création du milieu favorable pour l’expansion des produites de marque français. Les plus réussis pour le marché ukrainien sont les produites français de catégorie «lux» : parfumerie, cosmétique, boisson alcoolique, vêtements et automobiles. Malgré les avantages qui ont les produits alimentaires nationaux au milieu des consommateurs ukrainiens, ceux-ci sont prêts à acheter des fromages, de la confiserie et pâtisserie, du    chocolat, des   fruits de mer de la marque française pour les fêtes et des événements festifs. Ainsi, il est rationnel de concentrer l’attention sur l’expansion des produits français sur les marchés des produits de haut prix, utilisant la distribution sélective et  exclusive. Dans la publicité il est souhaitable d’utiliser des images et des symboles qui symbolisent les valeurs de la France.

Pour présenter les produits alimentaires au segment de masse (de prix moyen) il est nécessaire d’adapter leurs noms, logotypes de marque, prenant en considération des traditions nationales et recettes et soulignant le caractère naturel des ingrédients d'origine.

 

 

EFFECTIVNESS OF NON-BANK FINANCIAL INSTITUTIONS REGULATION: EVIDENCE FROM UKRAINE[1]

Polishchuk Yevheniia

Lecturer, Doctoral of Banking Investment Department, Credit-economy faculty of Kiev National Economic University by V. Hetman, UKRAINE

Corresponding author’s e-mail: polischuk.eugenia@gmail.com

 

Nagorna Olha

Lecturer, Banking Investment Department, Credit-economy faculty of Kiev National Economic University by V. Hetman, UKRAINE

 

Summary

NBFIs need also effective regulation system, where the main regulator is National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets (then NCSRFSM).

In this article, costs and revenues of NCSRFSM  in Ukraine (from 2003 to 2012) have been taken  for performing the analysis of regulation effectiveness. We attempted to find a correlation between costs and revenues of regulation body and number of NBFIs, which are regulated by NCSRFSM. After that recommendations of further development of NCSRFSM have been presented here.

2.0 Objectives of the study

1. To compare costs and revenues of NCSRFSM in order to determine and evaluate its efficiency.

2. To find a correlation between number of NBFIs and Budget costs of NCSRFSM in order to determine suitability of its existence.

 

3.0 Research methodology.  Data, sample and period under study

The study is empirical in nature, which includes such indicators as costs of NCSRFSM (expenditures on development, expenditure on utilities, staff salaries, subsistence money), revenues of NCSRFSM (we took only penalties of NBFIs). We have considered all the absolute figures for the research.

It is based on the data gathered from annual reports of NCSRFSM, National Bank of Ukraine (NBU), information from books, journals and online publications written by academicians. The investigation has been carried out by using the data between the periods of 2003 to 2013.

 

4.0 Research’s limits

Major limitation of this study is insufficiency of accessible data, the main sources are the annual reports of the NCSRFSM.  There is no the one standard of reporting of regulation body. That’s why it was difficult to cumulate the data. These reports contain different data groups structure report, sometimes they were not full. Moreover, though there has been an ample number of researches regarding the regulation of bank sector’s effectiveness but no substantial work has so far been done in Ukraine on the determinants of regulation effectiveness of NBFIs. So there is a scarcity of literature in this area.

 

5.0 Empirical study and results

Financial support for regulation of NBFIs in Ukraine is from the general fund of the State Budget of Ukraine. Our research is based on the statements of operations NCSRFSM and analyzed the cost of maintaining the regulator from 2003 to 2012 (see below in chart 1).

Chart 1. Maintenance Costs of  NCSRFSM, thousands of UAH (2003-2012) [1-7]

 

As you can see, the cost of the foundation only increased. Only 2010 showed negative growth compared to 2009. This supports the argument that was put forward by us that under the difficult economic situation of the state begins to save on regulation - just when do not need.

If we analyze the cost structure over the years, we will have the following:

Chart 2. The cost structure of NCSRFSM [1-7]

 

However, funding NCSRFSM, although growing, but does not provide a full implementation of the Commission 's functions. Underfunding problem existed from the beginning of the creation of a regulatory body. However, it is not as deep as it seems. So, if you look NCSRFSM’s report in 2012, the actual funding is nearly 95%.

In our opinion, the cost of regulation should be correlated with the increase in the number of NBFIs. Is it true? To do this we need to analyze the corresponding period growth dynamics NBFIs and using methods of economic-mathematical modeling to determine the correlation and its strength.

The basis of cost NCSRFSM we took data from 2003 to 2012 (see Table 1)

Table 1

Dynamics NCSRFSMcosts and the number of NBFIs [1-7]

 

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2010

2012

NCSRFSMcosts, thousands of UAH

4652.5

6546.6

9871.1

15654.5

17721.6

24455.1

22461.8

33518

Number of NBFIs

1589

1332

1612

1745

1913

2016

2008

2041

As shown in Table 1, the dynamics of these two parameters has a positive upward trend.

Instead, only the data on compliance costs does not give us answers to questions about the effectiveness of regulation and supervision of public institutions. After analyzing data from 2003po 2012, we tracked the number of fines given NBFI (revenue in the budget of the NCSRFSM activities) and the number of fines imposed (see Table 2).

Table 2

Penalties and earninhs the Budget of regulatory and supervisory activities of NCSRFSM[1-7]

 

2003

2004

2006

2007

2008

2010

2012

Earnings, thousands of UAH

122.5

No data

503.5

No data

661.84

4328.0

2500.0

Number of penalties to NBFIs

16

263

423

334

332

1456

434

 

However, this data is enough to carry out a full analysis of the effectiveness of the NCSRFSM. Nevertheless, in terms of limited statistical array, we, nevertheless, managed to build a graph which shows the revenues and costs of maintaining NCSRFSM (Chart 3).

Chart 3. Costs and revenues from activities the NCSRFSM[1-7]

So, for years of its existence, the maintenance costs of the regulator only increased against the meager revenue from fines for NBFIs (NCSRFSM does not other information on the flow of its activities). So some questions appear about its work. Among them are whether its activity is effective? Are the costs of maintaining the NCSRFSM accord to a number of financial institutions in this segment of the market, actually is there a need for such  regulator body with incorrect reports?

Speaking of efficiency, we have determined that it is available when the costs of regulation are less than revenues as a result of this regulation. As the chart 3 where we compare costs and revenues, there is no such effectiveness. Some may accuse us of unilateral attitudes - use only the quantitative approach. If we take into account other aspects of NCSRFSM, such as legislative, then, in our opinion, its performance, though difficult to measure, but in fact it is also low. Development and implementation of legislation often - a lengthy process, the benefits of which, unfortunately, difficult and sometimes even impossible to determine.

Also we tried to answer the following question: compliance costs to the number of NBFIs. By using correlation models define the relationship between these indicators and their strength.

Chart 4. Compliance of  the Number of non-bank financial institutions to Costs of NCSRFSM

Note that the relationship between these indicators exists, and it is quite strong, as evidenced by the fairly high correlation ratio (about 0.8).

However, the calculated data do not give us information on compliance costs for authorized regulation body. By comparison, number of banks in Ukraine in  2013 was 180[8], while NBFIs – 2074 [9]. The expenses of the National Bank - 2, 123 billion UAH[8], while for NBFIs - 0.34 billion UAH[7]. We have a picture - the number of banks over smaller NBFIs nearly 11 times, and the cost of maintaining the NBU is higher than the cost of NCSRFSM up almost 63 times!  Does the government is interesting to develop sector of NBFIs? We think no. Moreover, this disproportion costs of regulation of financial institutions may be the cause of low efficiency of NCSRFSM. Insufficient funding of the regulator device leads to staff lack of relevant departments. Workers simply have not time to cope with the flow of documents from market participants, and thus the regulator does not perform its functions.

 

6.0 Conclusion

It is logical to conclude this study by telling about necessity of  NCSRFSM. The above picture shows that the course is pessimistic, and could conclude the transferin NCSRFSM functions, for example, to NBU. But given the bias regulator of banks, it will lead to the actual destruction of financial institutions - banks' potential rivals - based on a loan: credit unions, pawnshops, leasing and other financial companies. It can’t be done - as NBFIs fill the gaps at financial market which banks can not or do not want to fill them. Therefore, in our view, despite this deplorable situation NCSRFSM should work independently and develop segments of the financial market for the benefit of society.

Then there is the issue of increasing the financial support of the regulator, the need for which is extremely critical. In countries such as Hungary, Poland, Austria, Canada, Australia, UK and other regulators of financial services additional funding by financial institutions, which, in turn, benefit from the provision of quality regulation.

The introduction of international best practice funding authorized body in the sphere of regulation of financial services through contributions in cash nonbank financial institutions supported by international financial institutions and ensures efficient operation of the regulator, stability and reliability of the financial services market.

However, implementation of these practices can significantly affect the very essence of market regulation of non-bank financial institutions. Since the regulation is based on a commercial basis, may not be exercised in the public interest and in the interests of those who gives money. This, in turn, calls into question the feasibility of the existence of such a body. So, here it is important to make unbiased and non-corrupt regulatory body.

 

Доктор наук, професор Решетнікова І.Л.

References

1. Official site of National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets: Annual report 2003. Access from http://nfp.gov.ua/files/Zvit_DFP_2003.pdf

2.  Official site of National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets: Annual report 2004. Access from http://nfp.gov.ua/files/RK-4041.pdf

3. Official site of National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets: Annual report 2006. Access from http://nfp.gov.ua/files/dod_RK-7572.pdf

4. Official site of National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets: Annual report 2007. Access from http://nfp.gov.ua/files/ZVIT_NA_SAIT_2007pdf.pdf

5. Official site of National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets: Annual report 2008. Access from http://nfp.gov.ua/files/richnyi_zvit_2008_1.pdf

6. Official site of National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets: Annual report 2010. Access from http://nfp.gov.ua/files/Ri4nyi_zvit_2010.pdf

7.  Official site of National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets: Annual report 2012 http://nfp.gov.ua/content/rzviti-nackomfinposlug.html

8. Official site of National bank of Ukraine. Access from http://www.bank.gov.ua/control/uk/publish/article?art_id=36807

9. Official site of National Commission for the State Regulation of Financial Services Markets: Presentations. Access from http://nfp.gov.ua/content/prezentacii.html

[1]The work is done  within the research "Financial and credit leverage of investment process" (state registration 0113U003555 - Ukraine)

 

Остання редакція: 01.02.18